Le vêtement masculin au 18e siècle

L’habit à la française est l’habit masculin par excellence du 18e siècle. Il se compose d'une veste longue, d'un gilet, d'une culotte qui s'arrête en dessous du genou, et d'une paire de bas de soie.

La veste perd progressivement de son ampleur pour se projeter vers l’arrière. Sous la veste se trouve le gilet, sous le gilet, la chemise avec ses poignets de dentelles qui comporte jusqu'à 3 rangées de dentelle. Une cravate de soie ou de dentelle se noue sous le col. 

L'habit est porté par toutes les classes sociales, mais la différence se situe dans la qualité des tissus qui sont de soie brodée pour les plus riches, de gros drap sombre pour les plus simples.

Les élégants peuvent posséder plusieurs centaines de gilets dans leur garde-robe. Non visibles, les manches et le dos du gilet sont coupés dans un matériau moins noble que le devant, qui peut être le support d’une véritable travail d'art à l’aiguille. En ce temps, l’homme porte de plus en plus ses propres cheveux, en bourse ou en catogan, sous un tricorne en castor, demi-castor, feutre ou soie. Les souliers sont toujours à talon rouge pour les nobles, la boucle peut être en or ou en argent.

" Germain se pencha vers son gendre et ajouta à mi-voix en montrant ses apprentis :

— Pour prendre les mesures, en aucune façon je ne puis faire confiance à ces godelureaux ! Il n’y avait que Célia qui fût capable de m’aider !

Les apprentis étaient au nombre de trois dont deux étaient assis sur une vaste table. L’un assemblait un tissu de soie, le second fixait des boutons à un gilet, le troisième repassait à l’envers et àla pattemouille les coutures d’un habit ; il posait son fer refroidi sur le foyer de fers à repasser, pour en prendre un autre plus chaud. Ils étaient de tailles diverses, disposés autour de la paroi brûlante du poêle, et munis d’une poignée de bois.

— Et toi, prends garde de ne pas gâter mon travail avec un fer trop chaud ! lança-t-il à l’adresse du jeune garçon.

— Bien sûr, Maître, j’y veille !

Une fois que maître Aubrion en eût terminé avec son client àqui il avait fixé un rendez-vous pour le premier essayage, il prit son gendre par le bras ".

Chez le tailleur, Un bûcher pour Versailles
G.F.Haendel - Watermusic. PART II : Air-Menuet-Bourrée-etc.

Habit de soie ayant appartenu à Axel de Fersen, ambassadeur de Suède à la Cour de Versailles

email : asich@sfr.fr

 suivre Augustin  

  • Facebook Classic

© 2023 par Simone Morrin. Créé avec Wix.com