LE CONCOURS DE LA SOCIETE ROYALE DES SCIENCES ET DES ARTS DE 1785

Est-il des moyens de rendre les Juifs plus utiles et plus heureux en France ?

La Société royale des sciences et des arts avait pour devise "l'utile". Le duc Victor François de Broglie, gouverneur des Trois-Evêchés et membre protecteur de l'académie, s'irritait de ce sujet de concours qu'il aurait voulu faire supprimer.

L'abbé Grégoire s'en mêle

 " La plupart des sujets , jusqu’à une époque récente, touchaient à l’économie, comme le développement du commerce, les progrès de l’agronomie. (..)  Mais depuis quelque temps, l’académie se lançait dans des thèmes que le duc trouvait scabreux, car ils touchaient aux problèmes moraux et sociaux. Quelle orientation curieuse ! Elle rompait avec la tradition de l’auguste assemblée !

Ainsi avait-on traité des conséquences des peines infamantes sur les descendants des condamnés, et cela malgré l’interdiction du duc ! C’est un certain Robespierre qui avait remporte le prix. (...) Et maintenant c’était le tour des Juifs ! Qu’avait-on à se préoccuper des Juifs, ce peuple tourné sur lui-même, avec ses pratiques archaïques ? Cette accumulation de sujets qui s’écartaient de la mission initiale de la Sociéte royale était détestable !

Le duc Victor-François de Broglie, installé à sa table de travail du palais du gouvernement1, réfléchissait aux suites à donner àcette initiative odieuse. Il faisait tournicoter sa plume entre ses doigts, hésitant sur la formule àemployer."

Le duc Victor-François de Broglie

Le prix ne fut pas remis lors de la séance solennelle du 25 août 1787, comme prévu, en raison de l'insuffisance des mémoires remis, mais un an plus tard, le lundi 25 aout 1788.

"  On entendit des rires étouffés dans l’assistance. Le maréchal, le visage blême et les levres serrées, se haussant de toute sa petite taille, se leva soudain, fit sursauter l’assemblée en repoussant bruyamment sa chaise et se dirigea vers la sortie, la tête haute, raide comme un piquet, en faisant claquer ses bottes cavalières sur le parquet Versailles, suivi par plus d’une centaine de paires d’yeux. Un silence de mort l’accompagnait. Parvenu à l’extérieur, il bouscula un des cinq grenadiers de la garde en faction aux portes de la salle, grommela quelque insulte àson endroit et disparut.

Les membres de la Societéroyale des sciences et des arts, a la fois mortifiés et choqués par cette sortie bruyante, se concertèrent rapidement a voix basse. Il fut décidé à l’unanimité de maintenir coûte que coûte l’exposéque le directeur Le Payen avait prévu de faire sur les mémoires retenus.. "

En raison de difficultés à les départager, le prix fut attribué à trois personnes : L'abbé Grégoire, Zalkind Hourwitz, et l'avocat Thiéry qui se partagèrent les 400 £ attribuées au gagnant.

Pour en savoir plus :

L'ouvrage de P. Birnbaum, qui comporte  le texte intégral des trois mémoires

Et aussi :

 

Visitez le musée de l'abbé Grégoire à Emberménil, petit village près de Lunéville :

https://musee-abbe-gregoire.fr

email : asich@sfr.fr

 suivre Augustin  

  • Facebook Classic

© 2023 par Simone Morrin. Créé avec Wix.com