Gilbert  de Lafayette

C'est à Metz lors du fameux souper du 8 août 1775, donné en l'honneur du duc de Gloucester, frère du roi d'Angleterre, que le jeune Lafayette, en garnison à Metz se passionne pour  l’idée de combattre pour la liberté aux côtés des insurgents d'Amérique.  En 1777, il s'achète un bateau, la Victoire,  et arrive en Amérique . Il combat aux côtés du général Washington.  Puis La Fayette retourne en France pour essayer de persuader le roi d’aider les troupes américaines. Il  retourne en Amérique sur le bateau L'Hermione en 1780. En 1781, avec l’aide de 4000 3 à 60004 soldats français, les Américains gagnent la bataille finale de Yorktown. En 1782, La Fayette est nommé maréchal de camp (général) et il retourne en France

Le souper de Lafayette

" Certes, il avait peu goûté le tourbillon mondain de la capitale, qu’il venait de fuir ; et bien qu’il fût heureux d’être à Metz et de bénéficier des liens quasi filiaux qui l’unissaient au comte de Broglie, ami de feu son père1, sa chère Adrienne lui manquait. Sa douceur, sa voix, son humeur toujours charmante avaient transformé ce mariage arrangé en félicité. Malgré tout, cela n’empêchait pas le jeune officier de se laisser entraîner, finalement d’assez bonne grâce, dans la vie de noctambule que ses camarades semblaient apprécier si fort. Ces beaux parleurs, par contraste, mettaient en relief son caractère peu bavard, et même taciturne, car Gilbert était convaincu que peu de choses méritaient d’être dites, ce qui faisait s’esclaffer Noailles, qui, lui, avait toujours un bon mot à la bouche. Le capitaine de Lafayette avait toutefois décidé de profiter au maximum des leçons de ses amis, et d’apprendre à leur contact à se dégeler un peu. "

Lafayette par Jean-Baptiste Weyler , avant 1791.

" Tout au bout de la digue, Augustin tomba en arrêt devant un trois-mâts à la poupe bleu et or. Son nom en belles lettres jaunes se détachait sur fond bleu de roi. Ce fut comme si son cœur s’arrêtait de battre : l’Hermione ! C’était elle ! Ainsi, dans quelques jours, cette fameuse frégate allait traverser l’océan Atlantique avec Lafayette à son bord ! Il se prit à envier le jeune marquis. Partir à bord d’un voilier pour un voyage de plusieurs semaines, ce devait être exaltant !"

L'Hermione

" Conscient de sa valeur, mais sans la vanité qui souvent l’accompagne, le commandant de Latouche-Tréville était un homme de grande courtoisie. Il se leva, tendit une main chaleureuse et montra à son visiteur la chaise située à sa droite. Il en avait ôté son tricorne galonné d’or. Un sourire éclaira son visage une fois qu’il l’eût examiné des pieds à la tête sans dire un mot.

— Le comte de Broglie étant une recommandation de premier ordre, monsieur, je vous écoute.

— Monseigneur, je sais que j’aborde un sujet délicat… car je désirerais rencontrer M. le major général de Lafayette, dont, je le sais, la présence ici est tenue secrète."

 Le Vassor de la Touche Tréville, commandant de bord de l'Hermione

email : asich@sfr.fr

 suivre Augustin  

  • Facebook Classic

© 2023 par Simone Morrin. Créé avec Wix.com